Aller au menu de navigation principale Aller au menu de navigation secondaire Aller au moteur de recherche Aller au contenu Aller au pied de la page

01-Les origines de la Commune

Les origines de la Commune

Forest,  des origines lointaines

Notre village de Forest sur Marque, primitivement "Foret" est situé à l'est de Lille, à gauche de la route de Tournai, dans une île formée par les deux bras de la Marque. Les Forestois sont donc, sans peut-être le savoir, des insulaires.

Cette rivière. si connue dans la région, prend sa source à Mons en Pévèle, arrose Pont à Marcq, Péronne en Mélantois, Bouvines, Gruson, Tressin, Forest, l'Hemponpont et après Wasquehal se jette dans la Deule.

Ce nom de " Forest sur Marque" vient de ce que à l'origine notre pays était une forêt sise sur les bords de la Marque et baignant dans l'eau stagnante des marais qui formaient ici des ruisseaux, là des étangs. Son terrain en grande partie très marécageux ne produisait que des arbres et ses étangs des joncs et des nénuphars." Il y avait cependant des terres cultivables, mais peu productives, conquises sur les marécages par le travail de paysans laborieux. Ils cultivaient l'orge, le froment, le seigle, l'avoine et quantité de fèves et de pois.
Au milieu des champs étaient exploitées plusieurs fermes. Dans les bois étaient disséminées les petites maisons de bûcherons : modestes habitations en torchis avec toit de chaume et sol en terre battue.
A l'extrémité sans doute devait-il y avoir également quelque château. C'est ce que laisse à penser le document suivant.
Dans une Bibliographie "La France Gallicane"sous la rubrique: "Anciens Seigneurs de Forest" on peut lire, " En 1095 vivait le Chevalier Gossuin de Forest qui eut le malheur de tuer involontairement, à Tournai, le Comte Henri de Bruxelles, beau-frère de son Seigneur".
Mais au milieu de ces bois, se trouvait aussi une petite, chapelle qui dépendait de l'abbaye de Cysoing et les moines venaient évangéliser nos ancêtres et y célébrer la messe.

A l'abri du monde extérieur, dans leurs bois et leurs marais, nos gens, sans grande ambition, se nourrissant des produits de la ferme de l'élevage et du fruit de leurs travaux, vivaient une vie calme et paisible.

On peut leur appliquer ces vers de André Dumas dans une poésie intitulée :
Mon Village ".
Transparence du ciel !
sérénité l'heure !
Seule un peu de fumée
ondulé à l'horizon ;
Un mince filet gris
sort de chaque maison
Comme pour révéler
sa vie intérieure.
En ce temps, Forest n'avait pas encore d'existence indépendante. Ce n'était qu'un petit hameau d'Ascq ou même plus simplement une partie de ses marais.

Texte de "Connaissez-vous votre village" Abbé J. DELBENDE