Aller au menu de navigation principale Aller au menu de navigation secondaire Aller au moteur de recherche Aller au contenu Aller au pied de la page

ENQUÊTE "EXPERIMENTATION DE L'EXTINCTION NOCTURNE DES LAMPADAIRES"

article publié le 22 déc. 2020

Concertation des habitants sur l’éclairage public et son extinction nocturne

Répondre au questionnaire 

La démarche de la municipalité est d’engager une réflexion sur la maîtrise et sur l’extinction de l’éclairage public une partie de la nuit tout en garantissant et en renforçant la sécurité des habitants. 

Pour cela, une amélioration de l’éclairage des passages piétons permettrait de renforcer la visibilité des enfants, des personnes à mobilité réduite (PMR) et des piétons en général. Un éclairage adapté a un rôle protecteur des biens et des personnes tout en préservant la quiétude du village.

En quelques chiffres, l’éclairage public à Forest sur Marque c’est, pour l’année 2019 ; 

  • 21 000 € soit 40 % de la facture d’électricité de la commune  

  • 148 MWh soit la consommation en électricité de plus de 30 habitations moyennes.

Un état des lieux du parc d’éclairage public a été fait, nous avons des leviers d’actions :

  • Repérer les lampadaires énergivores qui ont une très mauvaise efficacité lumineuse : les boules lumineuses qui éclairent à 360 ° en sont un bel exemple. Remplacer les ampoules à vapeur de sodium (l’éclairage orange) par de l’éclairage à LED permettant la modulation de la puissance afin d’adapter l'éclairage de chaque rue. 

  • Supprimer au maximum les durées d’éclairage inutiles

  • Effectuer une maintenance régulière afin de maîtriser les coûts (la maintenance générale a été faite courant du mois d’octobre 2020).

  • Accentuer l’éclairage des passages piétons par un éclairage spécifique, bleu par exemple.

Des contacts ont été pris avec des sociétés d’éclairage pour répondre à ces problématiques.

La question est posée aux Forestois.e.s de l’opportunité d’une extinction nocturne de l’éclairage public : cette extinction pourrait se faire de 23 h ou minuit à 5 h ou 6 h du matin. En période de fêtes ou en cas de circonstances particulières, l’éclairage pourra être maintenu tout ou partie de la nuit. 

Pour avoir l’avis des habitants, nous procédons à une enquête par le biais de l’Inforest.

Pourquoi une telle démarche ? 

1° Réduire la consommation d’énergie d’environ 40 % : les économies réalisées seraient réinvesties dans la rénovation des luminaires pour les rendre plus économes et plus efficaces, c’est un cercle vertueux.

2° les observations menées auprès des collectivités ayant déjà mis en place l’extinction nocturne montrent une réduction de la délinquance et des cambriolages. La suppression de l’éclairage en pleine nuit limite les rassemblements de personnes troublant la tranquillité de l’ordre public ou les dégradations de biens mobiliers. L’extinction limite également la criminalité, car sans éclairage, les délinquants ont plus de mal à opérer et que 80% des vols et agressions ont lieu en plein jour.

Autre constat : en abordant un secteur peu ou pas éclairé, les automobilistes ont plutôt tendance à décélérer ou même à freiner afin d’être plus attentifs à l’état de la chaussée et à leur trajectoire.

3° Pour respecter la loi

La pollution lumineuse est prise en compte aux yeux de la loi. En 2009, une première loi, adoptée suite du Grenelle de l’Environnement, prévoyait que la « prévention, la limitation et la suppression des nuisances lumineuses devaient faire l’objet de mesures ». En 2013, la réglementation impose une réduction des durées d’éclairage superflues pour les façades, vitrines et bureaux non occupés. En juillet 2015, la loi pour la transition énergétique a souligné la nécessité d’une « exemplarité environnementale et énergétique de l’éclairage public », et sa prise en compte dans « un volet spécifique des Plans climat-air-énergie territoriaux (PCAET) ». Enfin, en juillet 2016, la loi Biodiversité mentionne dans différents articles la nécessaire lutte contre les nuisances lumineuses. Actuellement, aucune sanction n’a encore été appliquée pour manquement à la loi, mais il est plus sage d’anticiper.

4° Protéger la biodiversité

Un environnement nocturne est essentiel pour toutes les espèces, notamment parce qu’il contribue à leur bon fonctionnement physiologique et à leur rythme biologique. Éclairer la nuit a donc un effet néfaste sur la faune et la flore. Le développement des éclairages publics participe à la destruction et à la perturbation du cycle de reproduction de certaines espèces nocturnes tout en les rendant plus vulnérables face à leurs prédateurs.

5° Garantir une meilleure qualité de nuit et protéger la santé humaine

L’alternance jour-nuit est essentielle aussi pour l’homme. L’être humain est un animal diurne, qui a un rythme biologique bien défini : actif le jour et se reposant la nuit. Pour être en bonne santé, ce rythme doit être respecté. Il faut donc prévenir les lumières intrusives la nuit.

Le dernier point est la capacité retrouvée de contempler la beauté du ciel.